Le Projet

La méthodologie

Une des tendances de fond du tourisme effectué au sein des minorités des pays d'Afrique est curieusement participante : "on constate une demande accrue pour des séjours dans des familles 'typiques', pour accéder à des lieux, des rituels, des cérémonies non accessibles aux étrangers, pour 'jouer' à travailler avec les agriculteurs, les artisans, les pêcheurs, etc. Cette tendance est dans la logique de la recherche de l'exotisme : après le décor, son envers; après la surface des choses et des gens, les paliers en profondeur; après les places publiques, les lieux intimes; après l'évidence, le mystère des choses cachées..." (Hillali : 2003 : xiv).

Il va sans dire que, perçu de cette manière, le tourisme ouvre une dimension d'un contact humain, d'un rapport interculturel qui peut faire changer les préjugés et les stéréotypes. Ce défi confère à ce projet une dimension pratique de la recherche-action qui implique à terme un contrôle de la part des Pygmées de leur propre développement touristique.

Les objectifs